Tom Kundig

julie's picture

Comme à chaque édition, Design Miami/Basel invite un designer pour créer son Collectors Lounge. Cette année, le choix s'est porté sur Tom Kundig, fameux architecte et designer d'Olson Kundig, cabinet d'architectes basé à Seattle et reconnu par ses projets empreints d'écologie et inspirés de la nature.

En collaboration avec Schweighofer, l'une des plus importantes ébénisteries d'Europe, Tom Kundig a créé le lounge sous la forme d'un cube sombre constitué sur une hauteur de 6.4 mètres d'un mélange de palettes de bois clair et d'un bois sombre. Sous le nom d'Outpost Basel et en hommage au 10e anniversaire de Design Miami/ Basel, l'extérieur du lounge est recouvert de grandes formes de X en bois. D'un extérieur sombre, l'intérieur est illuminé de multiples couleurs et petites bougies qui donnent un caractère très cosy à l'ensemble.

Le lieu est magnifié par le bois utilisé. Une des particularités est la technique utilisée pour traiter le bois: la technique traditionnelle japonaise Shou Sugi Ban, qui consiste à brûler le bois pour le protéger des insectes et de la pourriture et change même la structure de celui-ci en, paradoxalement, le fortifiant contre le feu. Le bois en ressort fortifié et avec une riche teinte noire. Ce traitement du bois a été possible grâce à la collaboration avec Schweighofer qui utilise cette technique directement dans l'une de ses usines en Roumanie. Le résultat est vraiment remarquable: l'espace a une patine et une chaleur particulières.

L'idée de Tom Kundig derrière ce pavillon est de réunir plusieurs influences et éléments en les réunissants tous à Bâle, avec d'une part un mélange d'anciennes techniques et de matérieux développés avec des méthodes innovatives, et d'autre part en faisant venir de la ferronnerie de Seattle et du bois mis à disposition par l'ébénisterie autrichienne. 

Nous retrouvons Tom Kundig pour qu'il nous donne sa vision du projet.

Italic - Pouvez-vous nous parler de votre projet pour le Design Miami/Basel Collectors Lounge/ Outpost Basel et celui du Design Miami/ qui s’est déroulé à Miami en décembre 2014 (38 Beams Collector’s lounge). Etait-ce un projet commun?

TK - Non, rien n'était planifie. A Miami, Olson Kundig a été invité par Design Miami/. Nous avons accepté l'invitation car nous pensions que c'était une histoire intéressante, Miami étant au Sud-Est des Etats-Unis et notre cabinet d’architecte se situant au Nord-Ouest, à Seattle, deux endroits très différents. Nous sommes venus avec nos idées du Nord-Ouest et cela s'est traduit par l’utilisation du bois, un élément que nous avons beaucoup dans notre région. Nous avons trouvé du bois recyclé et l'avons transformé pour que cela donne un effet « lounge ».

Design Miami/ nous a ensuite demandé de faire le Collector's lounge de Design Miami/ à Bâle. L’idée était donc de faire un lien avec ce qui avait été réalisé pour la foire de Miami. Nous avons décidé d'utiliser à nouveau le bois. En effet, aujourd'hui, en Europe de l'Ouest, l’utilisation du bois a des enjeux économiques et de développement durable importants. Le bois utilisé pour le Collector’s lounge vient de Roumanie et a été transformé par la société d'ébenisterie autrichienne Schweighofer. Le tout a ensuite été acheminé en Suisse et conceptualisé depuis Seattle. Nous avons une attitude globale pour l’utilisation des matériaux.

Nous avons voulu utiliser des matériaux industriels. Ces palettes et panneaux sont tous d'origine industrielle, il n'y a aucun matériau qui ait été créé sur mesure pour l'installation. Nous pensions que ces matériaux étaient très beaux dans leur état brut et que l'on pouvait les transformer en quelque chose d'encore plus beau. Sur cette base, nous avons utilisé une ancienne technique japonaise de préservation du bois contre le feu, les insectes et les conditions météorologiques: la technique du Shou Sugi Ban.

Italic - Est-vous qui avez décidé de collaborer avec l'ébénisterie Schweighofer?

TK - Oui, nous avions très envie de collaborer avec Schweighofer, qui a fourni le bois. C'est un client avec qui nous travaillons et qui travaille extrêmement bien le bois.

Italic - Comment intégrez-vous le développement durable dans votre travail?

TK – En utilisant le bois. Nous avons changé notre approche en tant qu'architecte. Au lieu de faire de grandes constructions, nous privilégions les constructions plus petites qui sont de meilleure qualité et très efficientes car elles utilisent moins d'énergie et moins d’entretien. Ce n'est pas simplement au niveau de la climatisation ou du chauffage; vu le volume inférieur de la construction, nous utilisons aussi moins de matières premières, ce qui est plus durable. La construction de petites maisons bien pensées et l'utilisation du bois font parties de cette démarche de développement durable. Le bois n'est pas comme le fer, le béton ou l'aluminium, c'est un arbre qui, une fois utilisé, ne va pas laisser une empreinte carbone. Dès que le bois brûle ou pourri, on l'encapsule.

Italic - Nous sommes en pleine semaine de Art Basel, nous sommes entourés d'art. Comment l'art vous inspire?

TK - Mes parents viennent de Suisse. Nous venions souvent en Suisse et j'ai été particulièrement inspiré par le sculpteur Jean Tinguely. L'art a toujours était une inspiration pour le travail que je fais. Mon père était aussi un architecte et j'ai été élevé autour de l'art, du moins culturellement, pas forcément stylistiquement. Le côté provocateur des artistes est une chose importante pour moi et se ressent dans mon travail.

Tom Kunding © 2015 DesignMiami/
Tom Kunding © 2015 DesignMiami/
Collector's Lounge, Outpost Basel © 2015 DesignMiami/Basel
Collector's Lounge, Outpost Basel © 2015 DesignMiami/Basel
Collector's Lounge, Outpost Basel © 2015 DesignMiami/Basel
Collector's Lounge, Outpost Basel © 2015 DesignMiami/Basel
© Kevin Scott
© Kevin Scott
© Kevin Scott
© Kevin Scott