Thor : Le Monde des ténèbres

C’est fort du succès planétaire du film Avengers que Disney/Marvel Studios enclenche la phase 2 de son univers cinématographique avec cette fois, la suite des aventures du dieu nordique Thor. Un nouvel opus qui se veut plus cosmique mais surtout bien plus sombre, une tendance qui s’est généralisée après le carton du second Batman de Christopher Nolan, Le Chevalier Noir. Mais qu’en est-il vraiment ?

Tout d’abord le film est une suite directe du film "Avengers", une piqûre de rappel de celui-ci, plus que du premier film, est donc conseillée avant la séance au risque d’être complètement perdu.

Le prologue conté par Odin (Anthony Hopkins), père de Thor (Chris Hemsworth), fait état d’une querelle ancestrale entre les troupes asgardiennes et les elfes noirs, engeances du mal menées par Malekith (Christopher Eccleston de Dr. Who) qui n’a pour seul but que de plonger l’univers dans les ténèbres grâce au pouvoir de l’éther, une ancienne et puissante matière. Les asgardiens finiront par triompher en s’emparant de l’éther et les quelques rares elfes qui auront survécu partiront la queue entre les jambes tout en jurant vengeance. 

Retour au présent avec Thor occupé à réunifier les 9 royaumes à coup de masse, conséquence directe des agissements de son frère adoptif Loki dans The Avengers (quand je vous disais d’aller revoir le film) qui croupit dans les geôles d’Asgard pour ses innombrables/innommables crimes. Sur terre, Jane Foster (Natalie Portman) étudie des phénomènes inexpliqués à Londres entre deux rendez-vous galants. Un concours de circonstances  finira par réunir les deux protagonistes, après deux ans d’absence (Thor 1 et Avengers). Les elfes noirs en profiteront pour se rappeler au bon souvenir des asgardiens. C’est à contre cœur que Thor forgera une alliance avec son espiègle frère, pour contrecarer les plans de Malekith.

Ne nous y trompons pas, "Thor : le monde des ténèbres" est contrairement à ce que pourrait faire penser son titre, un film 10 ans et plus, dans la plus pure tradition des blockbusters Disney. La formule est rôdée et le film ne prend quasiment aucun risque. En même temps lorsque c’est bien fait, en général je ne me plains pas. Pour cette suite, Marvel a remercié le dramaturge Kenneth Branagh et ses plans en diagonale pour Alan Taylor, un réalisateur du petit écran avec à son actif  des épisodes de Mad Men, Six Feet Under, et Game of Thrones pour en citer quelques uns.

Personnellement, Alan Taylor réussit là où son prédécesseur s’était plus ou moins vautré. Thor est un super-héro aux pouvoirs divins qui vit sur un plan cosmique, cet aspect semblait quasiment absent du premier film: Thor avait été privé de ses pouvoirs et la majeur partie de l’intrigue avait lieu dans le désert du Nouveau-Mexique. Alors qu’ici Asgard, les asgardiens et les 8 autres mondes sont au centre de la trame. Il y a quelques allers-retours avec la terre avec pour point d’attache Jane Foster, et surtout le reste de l’équipe scientifique, pour permettre à l’audience de mieux s’identifier aux personnages. Mais c’est réellement sur Asgard qu’on prend toute la mesure de Thor et combien son univers est riche et intéressant.

Il est difficile de réinventer le genre, ainsi les fans de fantasy remarqueront combien le film s’inspire d’autres monuments du genre que sont Le Seigneur des Anneaux et Star Wars, dans la mise en scène, alors que les seuls fans de séries TV auront reconnu la patte Trône de Fer dans certaines batailles et "cliffhangers". Une autre caractéristique des films Marvel c’est leur humour omniprésent, ce à quoi on oppose volontiers DC/Warner Bros. leurs héros torturés et leurs films très (trop) sérieux. Seulement voilà, l’humour c’est souvent là où le bât blesse…

Viennent alors Darcy (Kat Dennings), le Dr. Erik Selvig (Stellan Skarsgard) et Ian le stagiaire (Jonathan Howard) des scientifiques qui serviront tout au long du film de soupape de pression lorsque le récit se prendra trop au sérieux à grand renfort de « blagounettes ». A ma première séance, j’étais consterné tant le niveau d’écriture était bas, Kat Dennings est pourtant la tête d’affiche du duo Two Broke Girls une sitcom qui cartonne outre-Atlantique alors je veux bien lui accorder le bénéfice du doute. Le Dr. Selvig ne fait non plus pas dans la subtilité, mais à ma deuxième séance (que j’ai vu un peu éméché) j’était plié en deux, comme le reste de la salle. Heureusement qu’intervient un peu avant la moitié du film le personnage de Loki (Tom Hiddleston).

Loki est le Heath Ledger (Le Joker dans Le Chevalier Noir) de Marvel. "L'autre fils" d'Odin dont il réclame sans cesse le trone, focalise toute l’attention sur lui à chacune de ses apparitions tant par son charisme que par la justesse des ses lignes de dialogue. Il est drôle sans trop en faire, totalement imprévisible et de loin le personnage le plus complexe et le plus intéressant du film. Ceci pour les mêmes raisons évoquées pendant le premier opus (va vraiment falloir se retaper ces films). Par conséquent, on s’ennuie un peu lorsqu’il n’est plus à l’écran. Je grossis un peu le trait, Chris Hemsworth fait le boulot et plutôt bien tantôt lorsqu’il interagit avec des "mortels" que dans son rôle de dieu assagi. Plus protecteur bienveillant que fetard invétéré, même si son terrain de jeu préféré restera toujours le champ de bataille.

Pour l’épauler dans celles-ci, il aura à ses côté de nombreux camarades de jeu: Sif déesse de la guerre qui l'aime secrètement (Jaimie Alexander) très bonne dans ce rôle de femme forte que j’opposerai à celui de Jane Foster qui joue la traditionnelle et très belle demoiselle en détresse. Il y a aussi Fandral (Zachary Levy de la série Chuck) un joyeux drille, sorte de mousquetaire perdu au pays des vikings costauds et virils. Volstagg (Ray Stevenson de Dexter) plus dans son élément ici. Enfin Heimdall (Idris Elba) qui brille enfin! Alors qu’il assurait surtout le quota de minorité ethnique dans le premier film.Cela dit, dans les faits il reste encore le simple portier d'Asgard. Rene Russo et Anthony Hopkins respectivement Frigga et Odin, parents de Thor ont des rôles plus où moins anecdotiques en terme de temps à l’écran, mais pas dénuées de sens pour autant. Et le grand méchant Malekith dans tout ça ? Malekith et ses elfes noirs sont des méchants classiques du genre: interchangeables. Malekith apparaît  trop peu souvent pour marquer de son emprunte le récit.  La majeure partie de ses dialogues sont en elfique et jamais il ne fait planer cette menace physique ou psychologique sur les héros.

Le film a quelques caméos vraiment sympathiques, dont la traditionnelle apparition de Stan Lee, ex-éditeur en chef de Marvel Comics. Et un génialissime clin d'oeil aux films de la phase 1.

En conclusion : Thor le monde des ténèbres est une suite assez réussie, lente au démarage,  à l’humour très inégale et une 3D inexistante. Mais qui compense avec le spectacle offert par les scènes d’action dont un final digne de « Portal » et les dialogues de Tom Hiddelston.  A ce rythme, les super-héros de Marvel/Disney auront encore de beaux jours devant eux. Une question me chiffonne toutefois à la sortie de chaque film post Avengers: Mais que font les autre Vengeurs pendant ce temps?

PS: N'OUBLIEZ PAS DE RESTER DANS LA SALLE JUSQU'A LA FIN DU GENERIQUE!!!

 

Thor: Le Monde des Ténèbres

USA

Sortie:  29 octobre 2013

Durée: 120 minutes

Réalisateur : Alan Taylor

Acteurs :

Chris Hemsworth

Natalie Portman

Tom Hiddleston

Christopher Eccleston

Anthony Hopkins

Idris Elba

Jaimie Alexander

 

 

D'autres avis?

Rotten Tomatoes : 66%

Imdb : 7.7/10

Premiere.fr 3/4

Les Inrockuptibles 3/5

Télérama 2/5

Le Monde 1/5

 

Foire aux questions

En 3D ou 2D? En 2D, la 3D est inexistante.

Qui est Thor ? http://fr.marvel.wikia.com/wiki/Thor_%28Terre-616%29

Qui est Loki ? http://fr.wikipedia.org/wiki/Loki_%28Marvel_Comics%29

Qui sont les Avengers/Vengeurs ? http://fr.marvel.wikia.com/wiki/Vengeurs_%28Terre-616%29

La phase 2 c’est quoi ? http://www.allocine.fr/article/dossiers/cinema/dossier-18592084/

 

N'oublions pas que Marvel revient de loin...

Topics