Pina

Pina, voici plus de 20 ans que Wim Wenders pensait à ce film. 20 ans qu'il songeait à réaliser un documentaire sur le travail de Pina Bausch et sa compagnie du Tanztheater Wuppertal lors des répétitions et en tournée.

Alors qu'il allait débuter le tournage, Pina Bausch décède brutalement le 30 juin 2009. Le réalisateur et la troupe de la chorégraphe sont abattus par cette perte à laquelle ils n'avaient pu se préparer. Abandonner le projet? Et bien non, le projet sera porté à bras le corps par toute l'équipe comme un travail de deuil et d'hommage à celle qui avait marqué leurs vies.

Le réalisateur nous offre un portrait de Pina Bausch en petites touches: les danseurs parlent de Pina, d'un moment qui les as marqué, d'une expérience artistique vécue, puis ils offrent un moment de danse particulièrement choisi, un extrait d'un des célèbres spectacles de la chorégraphe (Kontakthof, Vollmond, Le Sacre du printemps, Café Müller, ), c'est leur manière de témoigner leur amour de Pina et leur reconnaissance sans bornes pour cette chorégraphe qui leur a fait découvrir les corps et une danse toute d'expressivité.

Les corps s'envolent, les gestes fusent, énergie, sensations, expressions. Les corps parcourent scène et espaces naturels, partout, librement, ville, jardins, fleuves et montagnes. Le spectacteur s'évade, se laisse emporter par ces mouvements de groupe, par les rythmes percutants et saisissants, il danse aux côtés des danseurs, il vit la magie de Pina Bausch.

La 3D ne s'est pas imposée tout de suite, mais lorsque Wim Wenders voit le film U2 en 3D en 2007 au festival de Cannes. Il a la révélation la 3D est ce qui lui manquait pour donner toute sa consistance à la danse sur écrant.  "A partir de ce moment, cela a été limpide: c'est comme ça qu'il fallait le faire. Jusqu'à ce moment là," je ne savais pas ce qu'il me manquait. C'était l'espace, le domaine privilégié du danseur, que je n'arrivais pas à rendre (...) Après ça, j'ai appelé Pina et je lui ai dit: je sais enfin comment faire », raconte-t-il. Avec la 3D, le spectacteur sent et vit la danse intensément, il pénètre au sein du corps de ballet, il voit de près corps et muscles. De la relation salle-scène habituelle, l'amateur de danse se retrouve tout à coup propulsé aux côtés des danseurs, vibre aux sons des rythmes prenants et rejoint pour quelques instants la troupe de danseurs dans ses pas enlevés.

Pina, un magnifique voyage dans l'univers de la danse, sous la caméra d'un réalisateur confirmé, un hommage à une chorégraphe talentueuse et irremplaçable, un film que tout amateur d'art et de danse ne saurait manquer.

Topics
Submitted by julie on Mon, 04/04/2011 - 22:56