Paléo festival: deuxième jour!

Hier soir, arrivée aux alentours de 18h30 à l’Asse. Petit tour, petite bière puis il est 19h et je me dirige vers la Grande Scène pour découvrir Danko Jones, dont j’avais vaguement entendu parlé mais que je n'avais jamais vraiment écouté. Et bien laissez moi vous dire qu’il a du coffre et de l’énergie ce Canadien ! C’était très rock (hell yeaah !), avec un Danko très sympa, qui interagissait beaucoup avec le public de sa voix grave de gros dur. Et il faut dire qu’il avait de quoi être content, c’était son anniversaire. Le public a alors essayé de lui chanter « Appy Beurzday » mais d’après ce qu’il  en a dit, le rendu n’était pas génial. Pas grave, il a quand même trouvé ça cool et il a bien l’intention de revenir à Paléo s’il en à l’occasion. Petit message de Danko Jones aux organisateurs du festival : «Just fucking have us back god dammit » (oui, il aime les « fuck » mais c’est un rocker non ?!).

Bon, fini Danko je change de scène direction les Arches pour y retrouver Asaf Avidan. Le concert a déjà commencé et il y a foule. Je me retrouve donc derrière et ce n’est pas top parce que les gens parlent et il m’est donc difficile de bien écouter la musique. Du coup, je n’ai pas trouvé super. Mis à part ça, j’ai tout de même pu noter qu’il a une voix incroyable et qu’il sait la manier, entre aigus et petits cris. Et bon, tout le monde attendait le titre One Day et Asaf le savait. Il a donc attendu la fin pour le jouer et il a eu bien raison parce, dès la chanson finie, pleins de gens sont partis.

Puis retour vers la Grande Scène pour le concert des tant attendus Arctic Monkeys. Et là, hystérie générale. Alors que je mange ma box de pâtes, les adolescentes crient et courent dans tous les sens pour aller tout devant. Parce que bon, pour l’adolescente, j’imagine que l’idée est de s’approcher le plus possible pour avoir une chance de croiser le regard d’Alex Turner, que celui-ci ait un coup de foudre direct et décide de l’emmener en tournée, tout en composant des chansons d’amour à son nom. Bref…fini de manger je m’approche de la scène. Les gens arrivent encore et encore et je me retrouve seule là au milieu, à me faire bousculer de tous les sens et me faire marcher sur les pieds. Bon, passons. La musique résonne et les Monkeys déboulent sur scène en costard style dandys british et banane sur la tête pour le chanteur. Le public se met à chanter et danser. Enfin pour ce qui est du « danser », à l’endroit où j’étais c’était plutôt « danse des sardines » (encore en boîte, pas dans la mer hein). Pour ne pas rester immobile, mais au vu du peu d’espace que tu as, tu tentes de bouger ce que tu peux, la tête, un pied, un doigt, n’importe quoi mais tu bouges, parce qu’à un concert comme ça c’est pas cool de pas montrer que tu aimes. Musicalement parlant, j’ai trouvé très bon. J’avais peur d’être déçue mais ça n’a pas été le cas. Alors oui, ils font assez inaccessibles dans leur façon d’être, pas très proches du public mais, en fin de compte, ils ont quand même assuré.

Après le rock à l’anglaise, je me redirige vers les Arches pour écouter le duo américain Beach House et leur dream pop. Ambiance beaucoup plus tranquille bien sûr, très love avec la chanteuse Victoria Legrand, cachée derrière sa longue chevelure, qui demande au public « est-ce que vous allez faire l’amour ce soir ? ». 

Finalement, The Smashing Pumpkins sur la Grande Scène. Retour du rock jusqu’à ce qu’un petit problème technique coupe le son tout à coup. Pas trop grave puisque tout s’est remis en ordre et les citrouilles ont pu finir leur concert.

Voilà pour cette soirée du mercredi. Ce soir Crystal Fighters, Santana, Sigur Rós etc, et puis ensuite camping (ceux qui me connaissent se réjouissent de voir ça) !

Topics