Paillettes et Dépendances ou la fascination du néant

4 étages et plus de 200 œuvres, quelle profusion ! on découvre, on redécouvre, on goûte à la peinture, à la sculpture, aux installations, aux vidéos et photographies. On s’immisce dans ses grands thèmes de prédilection : la mode et ses accessoires, le monde automobile, la conquête de l’espace,…

Des Shopping Bags aux champignons aux couleurs irisées, des fusées géantes aux voitures cabossées, c'est à un vrai voyage que l'artiste nous convie, à l'instar de John Armleder, son ancien compagnon, auquel le MAMCO avait aussi offert carte blanche pour une exposition mémorable.

Sylvie Fleury elle s’empare de ses allées, de ses recoins, de ses murs et de ses espaces. Elle impose sa touche si personnelle et reconnaissable entre toutes mais aussi si simplement descriptive du monde du luxe qui nous entoure. On s’interroge, notre regard est frappé, il se questionne, il ne sait sur quel pied danser…

Adhère-t-il au geste artistique de Sylvie Fleury ? est-elle sincère en essayant de mettre en question la notion du luxe et de ses attributs ? ne se plaît-elle pas elle-même à vivre dans ce monde de paillettes ? et dès lors, quelle est sa démarche artistique ? Autant de questions qui le taraudent. Mais n’est-ce justement pas là la force de son œuvre ? questionner les gens sur le luxe et l’art ?

Topics
Submitted by julie on Thu, 15/01/2009 - 22:15