Les aventures de Perez au Montreux Jazz Festival

J’ai de la peine à suivre avec ces chroniques. Avec tous les bons concerts que je vois jour après jour, il y aurait trop de comptes-rendus à écrire, et je suis loin d’être le meilleur reporter du monde. J De tout ce qui m’est arrivé, je vous fais un petit résumé, et sinon, comme d’habitude, vous pouvez me suivre en live sur Twitter, avec mon pseudo : Dperez01 ou avec les tags : #mjf12 et #italicmag

 

We Have Band et Django Django

Super fan des We Have Band depuis quelques temps, ce concert était l’une de mes joies de cette programmation du Montreux Jazz Café. Et ils ne m’ont pas déçu, ils ont joué des songs de Ternion, leur dernier LP, et une ou deux songs de WHB (2010).

A constater : un bon jeu scénique, de la bonne communication avec le public, et les trois membres du groupe se marient à la perfection. A voir absolument, des images du concert et l’interview de Julie ici. Et pour Django Django, si vous avez vu ma tête sur la photo avec eux, je ne peux qu’avoir adoré leur live. J Mais je vous laisse un lien pour leur dernier album Django Django.

 

Electric Guest

Mon grand favori depuis le début du jazz, c’est Electric Guest. Ce groupe mérite d’être vraiment partout cette année. Le chanteur a une voix sublime, ça bouge, leur album Mondo est produit par Danger Mouse himself. Leur grand tube qui les a fait connaître, c’est le joyeux This Head I Hold, loin d’être leur unique bombe. Les Californiens sont vraiment efficaces sur scène, et je vais les suivre de près. En plus de ça, j’ai eu la chance d’avoir droit à un acoustique avec eux en backstage. Le voici :

 

Lescop et Sébastien Tellier

Grande découverte de Lescop;j’ai été séduit. Tout comme le public du Montreux Jazz Café qui, malheureusement, était sûrement déjà présent uniquement pour apercevoir Sebastien Tellier. Mais je pense que comme moi, beaucoup ont été sous le charme de cette voix et ces bases folky-rock électroniques.

Après une attente difficile et tendue dans une foule un peu surexcitée, arrive Tellier tel un guru, dieu, ou maman pour nous détendre un peu, et surtout pour nous présenter son dernier album My God Is Blue. Et quand on aime Tellier, on aime Tellier, alors on est content. Surtout quand en plus de nous faire son dernier album - que je trouve tout aussi bien que le précédent - il nous joue ses titres phares Divine, Roche ou même La Ritournelle. Donc pour moi plus de positif que de négatif pour Tellier. En plus j’ai pu avoir ma photo avec lui donc j’étais heureux.

 

Woodkid et Lana Del Rey

Woodkid est cool, il a une belle voix, et je suis malheureusement arrivé un peu en retard au concert donc je ne veux pas trop m’avancer, mais de ce que j’ai vu c’était bien sympa, les boîtes à rythme qui pètent avec des belles lumières blanches qui jouent en rythme, ça donne quand même sacrément bien. ;)

Lana, dans sa magnifique robe blanche et courte de chez Mal-Aimée, a fait un live plus passionnant que sur Canal + au Grand Journal. Cela dit j’aurais sûrement été beaucoup plus fan de ce concert si elle avait réussi à voler un drum-kit à Woodkid juste avant de commencer à jouer. Sinon rien à dire, beaucoup de fans qui crient, elle qui sourit et fait la gênée, tout chou... Le moment le plus sympa du concert, c’est quand Claude Nobs vient lui offrir des fleurs et lui fait un bisou.

 

The Studio

Super endroit, super musique, bref vraiment une belle amélioration des années précédentes… Mais pourquoi l’amabilité du service de sécurité, ne s’est-elle pas améliorée ? Dommage ! Aucun moyen de rentrer une demi-heure avant la fermeture pour boire un verre. Je ne suis pas assez blonde et sexy...

 

Funky Claude’s Lounge

L’un des endroits que j’affectionne le plus. J’y ai vu une Jam Session de Alabama Shakes. Ce que j’aime dans cet endroit, c’est la proximité avec les artistes et d’avoir l’impression que c’est là, ici, où le nom du festival prend tout son sens.

 

La suite sur Italic.ch dans quelques jours et en live sur Twitter.

Topics