Le Promeneur d'Oiseau

Ne s’agissant tout de même pas des aventures de Bilbon le Hobbit, l’histoire du Promeneur d’Oiseau est tout autant fantastique à vivre et rend certainement les spectateurs empathiques envers les protagonistes. Le voyage ici se fera de la ville à la campagne, où un vieux paysan partira avec sa petite-fille citadine tenir une promesse faite il y a bien longtemps.

 
Ce film est un film de contrastes. L’esprit humain est ému par les contrastes car ils évoquent des changements forts d’émotions. Un contraste de décors, un contraste de cultures et un contraste d’époques dans ce pays fascinant qu’est la Chine.
 
Premièrement, ce qui est visible immédiatement une fois les acteurs introduits, c’est l’environnement dans lequel chaque personnage vit et évolue. Le premier étant Zhi Gen (Baotian Li, dont c’est le premier film en sept années) un vieil homme originaire de la campagne, vivant seul à Pékin avec comme unique compagnon depuis 18 ans un oiseau en cage. Cet oiseau est le témoin d’une promesse, et en fin de compte, c’est peut-être lui le protagoniste du film, car il met en marche les rouages des aventures. Mais ce sera à vous d’en juger. Son monde est simple : un appartement austère, un téléphone portable vieux de dix ans, pas d’internet. Ce monde entre en collision constante avec celui de son fils Chong Yi (Qin Hao, connu pour Spring Fever hors de Chine), un architecte prisé, et sa petite-fille Renxing (Yang Xin Yi, dans son premier rôle au cinéma), fille de son fils. La petite est née dans la Chine du nouveau millénaire dans une famille aisée, ce qui implique une connectivité constante, des cours de danse et de piano, et un appartement dans un gratte-ciel. Le dernier décor sera la nature majestueuse et les villages en campagne, plus sauvages, plus naturels, plus vastes. Les oppositions ne peuvent être plus prononcées.
 
Ensuite vient le choc des cultures, qui découle de la transformation économique chinoise. Le grand-père est venu à Pékin travailler dans une usine et a toujours respecté un certain ordre. Il est en froid avec son fils depuis quelques années et reste humble à propos d’un incident avec sa petite fille. Elle, justement, a été élevée dans une quasi-opulence, choyée par ses parents suite à la politique de l’enfant unique, qui a placé ses priorités sur un matérialisme très prononcé. Malgré cela et malgré toutes les frasques que fait subir la petite à son grand-père, ce dernier reste (souvent) stoïque, le prend avec un sourire, et continue de l’avant. C’est à se demander si sa patience aura une fin face à la méchanceté répétée de cette petite peste. C’est au plus intense du voyage que tout changera, un voyage qui progresse grâce à la bonté des gens, des inconnus voulant aider, parfois même à travers de la barrière de la langue et des dialectes locaux.
 
Finalement, c’est un vrai choc des époques ce Promeneur d’Oiseau, l’exemple le plus criant étant une scène où la petite lit des nouvelles sur son iPad, tandis que le grand-père les lit dans un journal imprimé. Ce sont les symptômes d’un monde qui aujourd'hui vit très rapidement, dans lequel la petite n'est pas habituée à prendre du temps (le train va trop lentement par rapport à l’avion) et à profiter de ce que la vie peut offrir. Le voyage et les imprévus la forcent à apprendre le respect et l'humilité, et, peu à peu, elle commence à apprécier davantage la motivation et la vie des autres. Une complicité véritable s'installe entre eux une fois que la petite a pris le gout de la liberté, car cette aventure la fera sortir d’une cage dont elle n’était pas consciente d’être prisonnière.
 
Au final, les acteurs sont on-ne-peut-plus authentiques et brillants. La petite nous fait passer par tous les états d'esprit la concernant, et c'est la preuve d'un jeu très talentueux et réussi! Une sorte de catharsis s’empara de moi lorsqu’elle se décida, enfin, à saluer ses aînés. Les décors sont somptueux et la musique parfaitement adaptée. Un plaisir pour les sens et pour l’âme.
 
C’est un film humain, un bon film et plus pertinemment un film beau. Une dose de fraicheur nous rappelant qu’il faut prendre du recul dans la vie pour réussir à en profiter et à ce centrer, chacun de notre façon, sur les choses qui nous sont importantes.
 
Le film est construit de la même façon que le message qu'il souhaite faire passer. Il est calme, quasiment zen, il prend son temps pour nous raconter ses histoires, il nous pousse patiemment à nous adapter au décor et à ressentir pleinement l’action.
 
Si vous cherchez un film qui vous empoigne et vous plonge au cœur d’un voyage au plus profond de la beauté humaine, ne cherchez pas plus loin, à la fin vous vous sentirez libre comme un oiseau hors de sa cage.
 
Noté : 4.5 / 5
 
 
---
 
 
Bande-Annonce

 

Casting
 
Baotian Li
Yang Xin Yi
Li Xiao Ran
Qin Hao
 
 
Détails
 
Date de sortie en Suisse: 07.05.2014
Directeur: Philippe Muyl
Pays de production: Chine / France
Durée du film: 100 minutes
Genre: Famille / Comédie
 
 
(Images droits réservés)
Topics