La jeune troupe de la Comédie Française nous fait revivre la session d’enregistrement de Bob Dylan: Like a Rolling Stone dans « Comme une pierre qui… »

Adapté du livre de Greil Marcus Like a Rolling Stone: Bob Dylan à la croisée des chemins, la pièce de théâtre Comme une pierre qui...mise en scène par Marie Rémond et Sébastien Poudreux (qui interprète aussi le rôle de Bob Dylan) est une réelle bouffée d’air frais. On découvre sur le plateau une batterie, des guitares électriques et acoustiques, un piano, un orgue et des jeunes musiciens qui tentent d’enregistrer la chanson de Bob Dylan qui deviendra un véritable chef d’oeuvre dans l’histoire du rock: Like a Rolling Stone.

En séance de travail dans leur studio d’enregistrement à New York, ces jeunes gens âgés d’un vingtaine d’années ne savent pas encore s’ils sont folk, rock ou poètes et surtout ne réalisent pas qu’ils sont entrain d’écrire l’histoire de la musique. Quand Bob Dylan apparaît sur scène, vêtu de sa chemise noir à pois blanc, il parle très peu, souffle dans son harmonica des notes que le guitariste Mike Bloomfield (joué par Stéphane Varupenne) doit déchiffrer et traduire à ses camarades. Un vrai capharnaüm s’installe dans le studio d’enregistrement car ce jour de 1965, Dylan n’est pas en forme, Bobby Gregg (joué par Gabriel Tur) se fait plaqué, le jeune Al Kooper (Christophe Montenez) sera choisi pour jouer de l’orgue alors qu’il n’a jamais joué auparavant, et le le pianiste Paul Griffin (Hugues Duchêne) qui vient du classique déserte la séance de travail excédé par le laisser aller. Enfin le producteur Tom Wilson (Gilles David) est certain de se faire virer de chez Columbia avec cette chanson hors normes qui dure 6 minutes.

C’est grâce aux comédiens qui jouent avec brio que la pièce prend toute son ampleur. De la batterie, au piano, en passant par l’orgue et la guitare, les comédiens interprètent leur rôle de manière tellement juste et vive, que l’on croirait que l'on le 16 juin 1965 au Studio A de Columbia Records. Torses nus, jeans et cigarettes, ils se baladent entre la scène, les loges et les couloirs et nous font découvrir un jeune chanteur folk à la voix rude, timide et effacée. . Sebastien Poudreux s’impose déjà comme un des meilleurs acteurs de sa génération. Il interprète un Bob Dylan timide, effacé, peu sur de lui, mais rempli de poésie et d’humour. 

Comme le dit Greil Marcus dans son livre « la chanson était un chef d’oeuvre d’habileté, d’inspiration, de volonté et de détermination, mais malgré tous ces éléments, c’était aussi un accident ». On le sait tous aujourd’hui Bob Dylan a reçu le prix Nobel de Littérature et cette pièce nous parle de la création artistique de ce chef d’oeuvre.

Marie Rémond qui a reçu le Molière de la Révélation féminine en 2015 retrouve ici son camarade des premiers jours, Sébastien Poudreux, pensionnaire de la Comédie Française qui co-signe la mise en scène et joue le rôle du jeune Bob Dylan dans la pièce. Comme l'explique Marie Rémond dans une interview « Dylan et ses musiciens auraient pu passer à côté de la chanson mille fois. Ils auraient pu se décourager et tout laisser tomber…Dylan dit qu’il a « vomi » ce texte, ces vingt pages, alors qu’il n’arrivait plus à écrire, il bloquait et tout à coup il a écrit Like a Rolling Stone. Voyant le caractère anarchique de l’enregistrement, on constate un immense décalage entre sa portée sur les générations futures et la manière dont elle a été faite par des gens âgés de 22 ans qui tâtonnaient et s’étaient simplement réunis pour essayer de créer quelque chose…cela illustre le fait que les grands créateurs ont souvent du mal à se définir».

Comme une pierre qui...7-11.03.2017 à la comédie

sur une idée originale de Marie Rémond avec la troupe de la Comédie Française: Gilles David, Stéphane Varupenne, Sébastien Pouderoux, Christophe Montenez

Production: Studio-Théâtre / Comédie Française

 

Tali Cavaleri

Topics
Submitted by Tali on Sun, 12/03/2017 - 14:44