Julien Marinetti

Dossier de presse, exemplaires d'un hors-série Beaux Arts magazine consacré à l'artiste, hôtesses ravissantes pour un accrochage fiable qui confirme le talent de Marinetti.

Julien Marinetti le dit. « Je suis un artiste depuis 44 ans. » Il a commencé avec les fameux Doggy-John, vus de par le monde pour ensuite aller vers des toiles aux techniques mixtes, une sorte de néo-expressionnisme figuratif (sic!). Il se situe lui-même en tant qu'héritier de Picasso et Basquiat.

D'abord sceptique, on le laisse s'exprimer :

« Je travaille toute la journée pour achever au moins 1 grand format. Je suis un prolixe, Je n'y peux rien. » Iconoclaste, il attrape une coupe de champagne « Le monde m'emmerde, regarde la chemise de ce type, pas belle. Il aurait pu faire l'effort de se questionner quant à son esthétisme. La tienne est cool par contre. »

Nous sortons avec nos coupes et fumons une cigarette a l'entrée de l'entrepôt d'exception. Une Smart décapotable se gare sous nos yeux. A son volant, un homme la belle cinquantaine aux lunettes style Polnareff. Une multitude de sac-à-mains passent devant nous. Le décor est planté.

« Pour aller au plus haut l'artiste doit devenir un homme d'affaire comme un autre en plus de son talent. Je plais, tant mieux. Ça me permet de bien vivre. Je m'amuse. Tu vois, ça ça coute environ 10'000 dollars et j'en vends 400 par an. Le calcul est vite fait. Je vis bien. » Il me montre d'ailleurs ses chaussures Gucci offertes par Monsieur Tom Ford en personne.

Il me tent sa coupe, m'arrache mon carnet de notes y écrit son numéro de téléphone et me griffone un Doggy John «Ça tu pourras le vendre » me lance-t-il. « Je suis généreux, comme Picasso »

Personnalité éclectique aux talents plus qu'hors-norme, il sait faire parler de lui. On apprécie la franchise et ses talents d'orateur. « Picasso l'a fait... » me répète-t-il.

Topics
Submitted by Alexandre on Thu, 26/05/2011 - 11:53