Hey Geneva, what song are you listening to?

Le Newyorkais Tyler Cullen a eu une idée géniale : descendre dans la rue, muni d’une caméra, et demander aux passants ce qui passe dans leurs écouteurs. Les réponses ont été mises ensemble dans un clip dans lequel chacune de ces pico-interviews est accompagnée d’un bref extrait de la chanson évoquée. 

En tapant sur Google "What song are you listening to ?", on est directement dirigé vers la vidéo originale de Tyler Cullen, ou sur des variantes. En effet, le concept du "Hey, What Song?" s’est propagé comme un feu de broussaille et a donné lieu sur YouTube à des variantes à Buenos Aires, à Paris, à Berlin, qui donnent à ce projet une dimension fortement cosmopolite. Le phénomène ne s’est pas cantonné aux métropoles: bientôt, des internautes de villes plus périphériques, de Saratov à Linz ou encore Milwaukee, sont sortis dans les rues avec leur caméra, à la recherche de quidams mélomanes. Jusque-là, la ville de Genève, manquait de manière flagrante à l’appel. Le magazine Gimme'da thing/ Italic.ch s’est chargé d’y remédier et a le plaisir de vous donner à voir ici-même la version genevoise de "Hey, What song are you listening to ?".
 

       

Ecouter ce qu’écoutent toutes ces personnes, c’est glaner un aperçu de leurs mondes intérieurs, et force est de constater qu’en dehors de quelques accrochages intégrés au film, les gens étaient souvent enthousiastes de s’ouvrir à nous. Cette confidence fait autant plaisir à ceux qui la révèlent qu’à ceux qui la regardent. Peut-être aussi étaient-ils agréablement surpris qu’on ne leur pose pas des questions sur le standing de leur téléphone portable ou qu’on ne leur demande pas leur argent ou leur signature. La propension à répondre avec plaisir vient du fait que la musique est une chose collective et, que si nous l’intériorisons avec des écouteurs, c’est plus par la force de contraintes matérielles et sociales que par désir de la cacher.

Ce moment d’intimité échangé avec les passants de Genève, un samedi après-midi d’été, donne à voir un paysage des goûts musicaux dans la ville. Pour le décrire et le découvrir, une exploration comme celle-ci vaut certainement mieux, à notre avis, qu’un tableau statistique qui présenterait avec la précision du géomètre les usages musicaux des habitants. Ici, on a accès aux personnes et à leur façon de répondre à nos questions, à leur style vestimentaire qui semble aller en totale congrüence ou en décalage avec ce qu’ils écoutent. Mais surtout, les musiques en guise de réponse sont véritablement éprouvées par le lecteur-spectateur. Mis en perspective avec la mosaïque de villes dans lesquelles "What song are you listening to?" a déjà eu lieu, on peut prendre conscience de certains enjeux de la mondialisation de la culture, avec ses modes de circulation des musiques et ses "contagions auditives" toujours complexes, particulières, asymétriques.

Submitted by iagoda on Mon, 21/11/2011 - 18:09