Ecorces

On ne sait ni où ni quand se passe l’action, mais au fond est-ce vraiment important ? Toutes les guerres ne se ressemblent-elles pas ? En période de conflit, le temps est comme suspendu, tout s’arrête, et l’on ne vit plus qu’au rythme des attaques, des arrestations, des restrictions quotidiennes et des nouveaux morts.

 Ecorces est un huis clos caillouteux, qui écorche. La pièce présente deux histoires en une, celle de deux sœurs qui se déchirent et se soutiennent à la fois, et celle d’un jeune soldat envoyé au front pour accomplir son devoir. Le tout  agrémenté par intermittence au moyen d’un chœur surgissant. On s’engouffre peu à peu dans l’antre de la guerre, on voit ce qu’elle renferme de plus abject et de cynique, on en a la chair de poule, des sursauts même.

 Un spectacle, qui traduit et rappelle avec justesse, que la guerre est source d’immenses souffrances tant physiques que psychiques. Peur, folie, et angoisses, cris, larmes, et parfois éclats de rire envahissent les personnages jusqu’à l’extrême. Chacun essaie de sauver sa peau et de survivre comme il peut à l’atrocité de la guerre.

 Au final, on s’interroge. Mais qu’est-ce qui peut bien légitimer la guerre ? Comment se fait-il qu’aujourd’hui encore et dans le monde entier les hommes reproduisent sans cesse les mêmes erreurs ? Comment se fait-il qu’elle soit omniprésente et que pourtant l’on parvienne à l’oublier, voire pire encore s’en accommoder ?...

 Une pièce forte servie par une mise en scène décapante. Impossible de rester insensible face à un tel spectacle.

 Au théâtre Le Poche, du 8 au 28 mars
Topics
Submitted by Kristel M. on Wed, 24/03/2010 - 08:36