Diapositive: Histoire de la photographie projetée

Du 1er juin au 24 septembre 2017, le Musée de l'Elysée nous donne à voir et redécouvrir l'univers de la diapositive. Longtemps restreinte au domaine de l’enseignement, aux conférences publiques et au divertissement populaire, la diapositive, ou en d'autres termes la photographie projetée, s'est développée chez les photographes amateurs avant d'être reprise par de nombreux artistes conceptuels dès les années 1960. 

Cette exposition est une occasion unique de découvrir l'histoire de la diapositive qui n'a à ce jour presque jamais été l'objet d'une exposition. La visite dans l'exposition prend un autre chemin que les accrochages traditionnels de photographies au mur, ici, projections sous différentes formes, suivant la tradition des lanternes magiques. L’exposition, organisée en quatre sections thématiques – l’image de lumière, le dispositif, la séquence et la séance – présente les spécificités de la diapositive. Elle révèle la diversité de ses pratiques et son impact sur la culture visuelle. C’est avant tout une immersion dans les projections (plus d’une vingtaine) enrichie par plusieurs types de médiums (phototypes, projecteurs, vidéos). 

Pour Tatyana Franck, directrice du Musée, "avec Diapositive. Histoire de la photographie projetée, le musée revient sur un axe méconnu et quelque peu délaissé par l’histoire de la photographie, domaine qui a jusqu’ici privilégié comme objet d’étude l’épreuve sur papier – censée assurer à la fois la pérennité de l’œuvre et sa légitimation vis-à-vis des beaux-arts et de leur marché. [...] Reconnue pour la qualité de ses couleurs saturées et de ses contrastes, la diapositive souple devient le support idéal pour capturer et conserver les moments importants de la vie du photographe amateur, comme ses voyages ou ses fêtes familiales. Pour la génération du baby-boom, c’est le film par excellence."

A travers cette exposition, on voyage à travers le temps, on repense aux soirées familiales où on repassait en images des moments marquants au son du petit clic de la machine de diapositive, on part à la découverte d'un medium qu'on avait relégué dans nos esprits à la photographie amateur ou aux salles de cours. Se dévoile tout un pan artistique inconnu qui est passé dans les mains d'artistes tels que Marcel Broodthaers, Peter Fischli et David Weiss, Ceal Floyer, Jules Gervais-Courtellemont, Nan Goldin (1953), Dan Graham ou encore Laszlo Moholy-Nagy, Allan Sekula et Alfred Stieglitz. Tel que le relèvent les commissaires: "avec son support tran arent et ses dimensions réduites, qu’elle soit en noir et blanc ou en couleurs, la diapositive n’a pas de meilleure alliée que la projection. Grâce à ce dispositif composé d’un projecteur et d’un écran, elle se transforme en un tableau éphémère, au croisement de plusieurs disciplines et médias."

Laissez-vous embarquer!

 

Sophie Ciola

Topics
Submitted by Sophie on Sun, 11/06/2017 - 22:25