Bridget Riley, rétrospective

La rétrospective s’ouvre sur les premières recherches de Bridget Riley autour du néo-impressionnisme à la Seurat. Ce désir de comprendre les effets visuels produits par l’association de touches simples de couleurs primaires dénote d’un intérêt pour l’expérience optique des couleurs et des formes élémentaires.

L’exposition se poursuit avec la période influencée par les œuvres de Victor Vasarely. C’est de cette époque que datent les premiers tableaux en noir et blanc, dont la disposition sérielle produit une sensation de mouvement ou d’effet lumineux. Les travaux de cette période lui valent l’étiquette d’artiste Op-Art - art optique - et une notoriété internationale.

Il faut attendre la fin des années 1960 pour voir réapparaître la couleur dans le travail de l’artiste anglaise. Associant des formes géométriques basiques à une palette de couleurs volontairement simple, les tableaux de Bridget Riley invitent l’observateur à s’interroger sur son expérience perceptive et sur la réalité physique et esthétique des toiles de l’artiste.

"BridgetRiley, rétrospective". Musée d'art moderne de la Ville de Paris, 11, avenue du Président-Wilson, Paris-16e. Du mardi au dimanche de 10h à 18h, nocturne le jeudi jusqu'à 22h. Jusqu'au 14 septembre. Catalogue 326 p., 39€.

De haut en bas: Mouvement dans un carré, 1961, Détrempe sur panneau de fibres, 123,2 x 121,3 cm. Arts Council Collection, Hayward Gallery, Londres.

Rouge avec rouge 1, 2007, Peinture, 169 x 251 cm, Collection particulière.

Topics