Black Movie 2013

En plus du Petit Black Movie et des autres extras (conférences, soirées, Master Class), la programmation est divisée en 6 sections. Trois sélections régionales (Portugal, Russie, Afrique), une personnelle (le Coréen Kim Kyung-mook), et deux générales (la Balade sauvage et A suivre) nous tendent les bras.

Je suis particulièrement impatient de la sélection africaine, poétiquement intitulée « Prends l’oseille et tire-toi ». À dominante documentaire, les sept films de cette section nous peindront des Afrique mondialisées, débrouillardes, philosophiques, initiatiques, porteuses d’espoir... On attend particulièrement Capitaine Thomas Sankara, documentaire sur l’une des plus énormes figures du continent, mais il y aura plein à voir : hôtel de luxe investi et transformé en village, enfants à la débrouille dans la rue, présence chinoise au Congo, travailleurs migrants entre Burkina et Côte d’Ivoire…

« Bons baisers de Russie », la sélection, est consacrée au cinéma indépendant, exercice de haute voltige à budget serré, activité ingrate dans un pays dont on ne peut pas dire qu’il promeuve le cinéma d’auteur. Fables, road movies et histoires d’amour nihilistes, documentaire d’action sur un garçon autiste et le système de santé russe, fiction tchernobylienne font partie des alléchants plats de ce menu slave intrigant.

Dans ses efforts pour se sortir de la crise, le gouvernement portugais a coupé tout financement à son industrie cinématographique, condamnant les caméras à l’arrêt. « Tous les garçons s’appellent João » est une sélection de onze films lusitaniens d’avant le coup de couperet, en l’honneur d’un cinéma en temps normal vivant et inventif. Distaux ou locaux, les films se passent à la campagne portugaise comme à la capitale, à Macau comme en Afrique. Sexualité tordue, souvenirs nostalgiques, destins défavorisés ou étés d’indolence entre documentaire et fiction nous seront contés dans la langue de Saramago.

On aura l’occasion de voir quatre films de Kim Kyung-mook, réalisateur coréen virtuose au passé torturé, inconnu de nos services, mais dont on découvrira impatiemment l’œuvre « introspective et autobiographique, exhibitionniste et transgressive, jamais gratuite, et tellement poétique » (dossier de presse BM). Quelques mots grappillés : transsexuel et chien loquace, scatologie et ébats déviants, destins jumeaux nord-coréens à Séoul, autobiographie, documentaire, animation.

La section « Balade sauvage » nous livrera une vaste palette de cinéma « bestial, organique et mutant ». Ofnis, méditations, documentaires… on s’attend dans tous les cas à un dépaysement géographique et formel avec 18 films atypiques. Des sushis tueurs aux créatures mutantes de la jungle en passant par les ambulanciers en voie de disparition, il n’y a que l’embarras du choix.

Enfin, la section « A suivre » est le domicile des « chouchous » du festival, des auteurs reconnus dont les nouveaux films sont attendus avec palpitations et accueillis par les vivats. On peut citer Johnnie To et Takeshi Kitano parmi les célébrités qui font leur retour au festival.

Pour vous faire des idées plus précises et vous faire envie, le site du festival vous dira tout sur les films et les autres activités : http://blackmovie.ch/2013/

Topics
Submitted by Titus on Mon, 14/01/2013 - 08:38