Bienvenue en Sicile

Sicile, plus grande île de la Méditerranée (pour la touche culturelle), terre de mes ancêtres (pour la touche émouvante), me voilà de retour. On embarque la famille, le copain, la crème solaire et on laisse tomber la bonne conscience, le mot « travail » et les régimes.

Quand je regarde mes photos c’est vite vu, ce sont des clichés de nourriture qui défilent devant moi : de la viande, des glaces, des pâtes, du fromage, des desserts… Vous êtes prévenus, si en Italie on mange, en Sicile on se gave comme une oie. Et le pire, c’est qu’on aime ça. Un petit déjeuner typiquement sicilien est la granita. Huitième merveille du monde, elle est faite de glace pilée, de sucre et traditionnellement de citron. Mais ne vous méprenez pas, les granitas vendues au bord du lac n’ont que leur nom de commun avec celles siciliennes, le goût, lui, est tout autre. Evidemment quand quelque chose est bon, on le décline de mille et une manières. Granita à la fraise, au café, au chocolat agrémentée de crème fouettée : en Sicile, on ne rigole pas avec la nourriture. Déjeuner une glace est aussi banal que de croiser des stars à Beverly Hills et mettre deux boules de glace à la crème dans une brioche ne fait pas de toi un cas à part, juste un futur diabétique qui profite du moment présent. Et ce n’est pas au fil de la journée que l’on va décider de manger plus léger. Le soir, au restaurant, les prix sont bas et notre appétit grandissant. Gli antipasti, à savoir les entrées, forment à elles seules un plat entier pourtant elles ne font qu’ouvrir les hostilités. Petits poivrons farcis, bruschette, aubergines grillées dansent la valse sur la table en attendant que pasta, agneau et arancini (des boules de riz frites remplies de sauce tomate) prennent place. Delizioso.

Mais manger n’est pas tout (enfin…), visiter l’île est également un point crucial du séjour. Pas seulement pour chercher des nouveaux restaurants (bon s’il y en un sur le chemin, il n’y a aucune raison de se priver) mais aussi pour découvrir de très beaux recoins. Il Tindari, ancienne cité grecque, est situé au sommet d’une colline et regorge de ruines au milieu desquelles il fait bon se promener. Un autre point caractéristique de l’endroit est le sanctuaire dans lequel se trouve une statue de la Vierge Noire. S’ajoute à cela la vue sur une plage du moins surprenante car sa forme est non sans rappeler celle de la Madone. Avec le temps le sable bouge et par conséquent modifie la forme de la plage mais d’anciennes photos montrent bien pourquoi ce lieu attire tant de personnes. La ville de Taormine vaut également le détour. Aussi situé sur le haut d’une colline, elle permet de découvrir la Sicile sous un nouvel angle. Touristique mais charmante, Taormine offre une vue imprenable sur la mer, sans oublier le shopping et les visites (comme celle du théâtre grec). Par contre, et pour la première fois depuis le début de cet article, y manger n’est pas une étape obligatoire. Qui dit lieu touristique, ne dit pas cuisine fameuse. Les restaurants des villages sont des valeurs sûres, en ville, par contre, on privilégiera marche, photos et endettement à vie pour cette robe qui, c’est évident, a été mise sur terre pour rejoindre mon dressing.

Autre point crucial en Sicile, s’adapter au code de la route à l’italienne. Si conduire n’est pas votre activité préférée, abstenez-vous et observez les autochtones dans leur milieu naturel. Quand il n’y a plus de place de parc, les siciliens font preuve d’imagination et se rangent comme bon leur semble: des « pop-up » places de parc en bref. Oui mais où ? Haaa le choix est grand ! Dans une minuscule ruelle à double sens où seule une voiture a la place de passer, histoire de rendre le route encore plus impraticable. Autour d’un giratoire, et vu que même la police s’y gare c’est que ça doit être tendance. Où encore collé à une autre voiture, si elle n’a plus de place pour sortir et bien c’est tant pis ! C’est pour cette raison que j’ai entendu mon père, sicilien pur souche, dire cette phrase toute particulière lors d’un parcage latérale où il y avait de la place pour encore deux voitures : « Mets toi bien au milieu des deux places pour que personne d’autre ne puisse se parquer ». C’est ça l’esprit sicilien : bloquer les autres avant que les autres ne te bloquent. Et je dois l’avouer, c’est plutôt sympa.

Mangiare, mangiare et mangiare sont donc les trois activités à privilégier lors d’un séjour en Sicile. Visiter pour digérer, un tour sur les plages de galets pour ouvrir l’appétit et enfin une longue discussion autour d’un verre pour savoir où manger. Après tout, c’est ça la dolce vita à l’italienne.

Topics