2017

Pour sa troisième édition, le Festival Goyescas vous donne rendez-vous les 17 et 18 novembre prochain dans la vieille ville de Genève. A cette occasion le célèbre pianiste jazz Chano Domínguez offrira un concert jazz flamenco à la Salle Frank-Martin le vendredi 17. Le samedi 18, les enfants pourront participer à un atelier d'art sur le thème de Picasso avec l’artiste Eurydice Labaki-Bacca. Le soir du samedi 18 novembre, le duo formé par Rafael Aguirre, guitariste, et la violoncelliste Nadège Rochat nous proposeront le projet intitulé “La Vida Breve”.  

La rétrospective « Gus Van Sant » nous plonge dans l’univers artistique très éclectique d’un des chefs de file du cinéma indépendant américain.

Faites un voyage dans l'histoire de la mode à travers l'exposition "Christian Dior, couturier du rêve" au Musée des arts décoratifs à Paris du 5 juillet 2017 au 7 janvier 2018.

Après sa toute première exposition individuelle en Europe en 2004 à la Kunsthalle de Berne, l’artiste chinois répond une fois encore à l’invitation de Bernard Fibicher, directeur du Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne.

 

Le grand spectacle de la Compagnie Urbaine ZUP est à voir jusqu'au 11 octobre 2017

The Night of the Living Scarecrows, ou un air de Burning Man sous le Pont-de-Sierne à voir jusqu’au 23 septembre 2017.

Une centaine d’artistes revisitent le mythe de l'Homme de Paille dans un champ autour autour d’un crop-circle crée par Sylvie Fleury 

Grand retour de Warren Beatty en tant que réalisateur, acteur et producteur

Sofia Coppola adapte le roman de Thomas Cullinan "The Beguiled" déjà mis en scène en 1971 par Clint Eastwood.

Un regard sur Jean-Luc Godard en pleine mutation artistique lors de la révolution de mai 68.

La Bâtie débarque pour la rentrée du 1er au 16 septembre 2017 pour une édition percutante, riche, généreuse en tous genres, mêlant grands noms mais aussi des projets inédits et transversaux, des propositions d’ici et d’ailleurs.

Un cocktail à boire sans modération pour sortir de l'été sans regret: une quarantaine d’événements dans près de 30 lieux à Genève et ses communes, en France voisine, à Nyon et à Lausanne.

Au mois de juin, les pas convergent vers Bâle pour parcourir les allées d'ArtBasel, craquer sur quelques tableaux, tourner ses pas de l'autre côté de la Messeplatz et s'imprégner d'inspirations design dans les beaux espaces de Design Miami/Basel. C'est beau mais cela ne suffit pas, plus, désormais l'art et le design s'associent à des causes caritatives. C'est ainsi que pendant la semaine bâloise, UNAIDS a tenu un grand gala pour sensibiliser à l'épidémie de sida et soutenir ses efforts pour mettre fin d'ici à 2030.

Du 1er juin au 24 septembre 2017, le Musée de l'Elysée nous donne à voir et redécouvrir l'univers de la diapositive. Longtemps restreinte au domaine de l’enseignement, aux conférences publiques et au divertissement populaire, la diapositive, ou en d'autres termes la photographie projetée, s'est développée chez les photographes amateurs avant d'être reprise par de nombreux artistes conceptuels dès les années 1960. 

Art Unlimited est de retour avec 76 grands projets artistiques présentés par des galeries participant à Art Basel, sous la houlette du curateur Gianni Jetzer, aussi connu comme curateur du Hirshhorn Museum et Sculpture Garden à Washington D.C. (USA).

Amour..., ce simple mot évoque en chacun de nous une histoire et des émotions uniques. Alors qu'une personne fantasme sur un coup de foudre à la Roméo et Juliette, une autre est comblée par les liaisons d'un soir et une autre encore par les relations polyamoureuses. Car l'amour est un sentiment qui nous lie intrinsèquement à l'autre et au monde, dans un principe d'union universelle, ce qui fit dire à Baudelaire : " Qu'est-ce que l'amour ? Le besoin de sortir de soi.". Pourtant, ce sentiment retranscrit à outrance dans les arts plastiques et lyriques n'est au final qu'une réaction chimique. Certains chercheurs vont même jusqu'à parler d'addiction à l'amour, preuve que l'amour ne se situe pas dans notre cœur, mais bien dans notre cerveau. Alors, quelle est la recette de l'amour ? La science peut-elle influencer notre cœur ?

Design Miami/Basel revient à Bâle pour sa douzième édition avec sa foire la plus globale à ce jour, accueillant plus de 50 galeries parmi les plus renommées, provenant de 11 pays. C'est l'occasion de parcourir le design du XXe et XXIe siècle et se pencher sur de grandes tendances, telles que le développement du design par les architectes ou la question du rôle des designers dans les situations de crise humanitaire. 

Du 18 au 21 mai 2017, Photo London a tenu sa troisième édition à Somerset House à Londres. Accueillant 87 galeries issues de 17 pays différents, Photo London a présenté du travail de photographes reconnus ainsi que des nouveaux talents et de nouvelles œuvres réalisées par des artistes reconnus, soit un regard sur le passé, le présent et l’avenir de la photographie.

« Feu La Mère De Madame » de Georges Feydeau et « Les Boulingrin » de Georges Courteline. Mise en scène de Jean Liermier. Avec Mauro Bellucci, Simon Labarrière, Sabrina Martin, Brigitte Rosset. Production Théâtre de Carouge-Atelier de Genève

Linda Naeff est une peintre et sculpteure autodidacte née en 1926 à Paris. Coiffeuse de métier, elle se marie à Jo Naeff en 1956. Ils auront deux filles. Linda ne fait pas d’école d’art et ne suit aucun cursus artistique. A l’âge de 60 ans, elle se met à dessiner, à peindre et à sculpter. Elle suit alors quelques cours du soir. A sa mort, 28 ans plus tard, elle aura créé une œuvre de plus de 4'000 tableaux et 500 sculptures dans son petit appartement du Boulevard Carl-Vogt à Genève.

Avec 14 nominations aux Oscars, La La Land est bien parti pour rafler plus d’une statuette

De passage à Genève le 27 janvier 2017 pour le festival Antigel , la plus rock n’roll des écrivains français, Virigine Despentes lit le récit dur et viscéral de Louis Calafarte « Requiem des Innocents » accompagné du groupe de musique post-rock lyonnais Zëro

Une approche de la beauté inédite dans un cadre douillet et convivial

« Un monde meilleur est possible mais surtout nécessaire » Ken Loach